1 an 1 Livre | 1ère inspiration… septembre 2012
15554
post-template-default,single,single-post,postid-15554,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,side_menu_slide_with_content,width_470,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive
 

1ère inspiration… septembre 2012

1ère inspiration… septembre 2012

En septembre 2012, inscrite à un premier atelier d’écriture autobiographique, je posai le fondement de mon travail d’écriture.

«  Je ,

Premier pronom personnel, première personne du singulier.

Derrière ou devant, suivant les formes d’expression affirmatives, interrogatives ou impératives, viennent se poser  les verbes conjugués  à tous les temps et modes. 

Après « Je »  viennent tous les autres, seul ou à plusieurs : Tu, Il, Elle, Vous, Ils, Elles. A la charnière du  singulier et du pluriel, « Je » réapparaît avec  « Nous » : solidaire ou englué … mais comme invisible.  Logique de la langue française, ma langue maternelle. 

Cette première personne du singulier me fut la plus difficile à connaître  : trop d’enjeux  peut-être !

Dès mon premier cri, Etre, avait été pris dans une avalanche de principes et de règles et les assauts des  Tu, Il, Elle, Nous, Vous, Ils, Elles, étaient systématiquement prioritaires, interdisant « Je » d’être….

Un jour pourtant,  ils disparurent tous, de Tu à Elles : mon premier chagrin d’Amour me laissa seule au monde, dévastée , « Je »  n’était pas ancré en moi pour que pouvoir survivre à ce naufrage sans lui, il. 

Un long travail m’aida à naître enfin et permit « JE », et pour Etre, la perte s’imposa : la cathédrale des prénoms se mit à trembler, vaciller, puis s’effondra, dans un fracas de cris, de pleurs, de plaintes, de quêtes, de murmures aussi, balayant de leurs souffles un roman familial avec ses Jeux de scènes, Jeux de rôles, Jeux de pouvoirs.

Elle s’effondra très lentement, comme au ralenti, parce que l’histoire avait besoin de temps pour se raconter, et pouvoir se vivre autrement. »

1 an, 1 Livre rouvre  pour moi la réflexion sur la transmission intergénérationnelle des émotions.

LD.

No Comments

Post A Comment