1 an 1 Livre | je suis l’ombre
15546
post-template-default,single,single-post,postid-15546,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,side_menu_slide_with_content,width_470,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive
 

je suis l’ombre

je suis l’ombre

Je suis l’ombre à moi-même

Je suis à l’ombre de moi-même

Je suis de l’ombre pour moi-même

Je suis dans l’ombre sans moi qui m’aime

Je suis sous l’ombre d’un moi même pas moi

Je suis sous l’ombre même d’un moi

Je suis avec une ombre dans moi-même

Je suis avec moi-même à l’ombre

Une ombre je suis moi-même

Une ombre suis-je dans moi-même

Une ombre à côté de moi-même

Une ombre suit à l’ombre de moi-même

Je suis presque dans l’ombre de moi-même

Je suis l’ombre de mon moi-même

Je suis l’ombre loin de moi-même

Je suis avec moi-même sans ombre

Je suis sans moi-même à côté d’une ombre

Je suis du moi-même avec ombre

J’ombre moi-même sans suie

Moi-même, ombre, je suis

Ombre, je suis même moi

Je m’aime moi ombre.

 

Cela commence par une ardente prière, un cri, une révolte qui enfle emportant les mots, la syntaxe, le rythme. Ce recueil est une évocation de l’amour sans A, dans une langue tourbillonnante, incarnée, jubilatoire. Des mots intenses racontent les premières heures, la jouissance, l’attente, la chute. Les mots racontent aussi, le quotidien, la répétition, le calme. On aime, on attend, on pleure, on est en colère, on sourit grâce à une prose expressive, des jeux avec les mots. Une voix parle du réel et de la force de l’écriture pour le transcender.

 

No Comments

Post A Comment